Lifting cuisses Tunisie

Le lifting des cuisses en Tunisie est une chirurgie esthétique permettant d’affiner les cuisses par l’ablation de l’excès de peau sur la face interne des cuisses et l’aspiration des surcharges graisseuses localisées sur la même zone (s’il en existe).

Cette technique permet de corriger le relâchement cutané sur la face interne des cuisses et de les harmoniser. En gros, l’opération consiste à procéder à une résection de la peau excédentaire, à la réduction de l’infiltration adipeuse et à une remise en tension en profondeur de la peau.

Prix lifting cuisses Tunisie

Le prix lifting cuisses Tunisie est de 1650 euro. Plusieurs prestations sont inclues dans le tarif : le séjour dans l’hôtel, les honoraires du médecin, le bloc opératoire, les analysés préopératoires, etc.

Pour plus de détails sur les prix, demandez un devis gratuit.

Déroulement d’un lifting des cuisses

  • L’intervention peut être réalisée sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale.

Chaque chirurgien choisit la technique qui lui convient, mais toujours en accord avec le patient. Le choix de la technique est surtout motivé par l’importance du relâchement de la peau sur la face intérieure de la cuisse, et du résultat souhaité par le patient. 03 techniques sont alors mises à profit le plus souvent pour une opération de cruroplastie.

  • La technique dite horizontale pure

Cette technique est surtout sollicitée lorsque l’excédent cutané sur la face interne de la cuisse se manifeste dans le sens de la longueur. Dans ce cas, une incision est pratiquée au niveau du pli de l’aine et se prolonge jusqu’au pli fessier en passant par le sillon entre le périnée et le haut de la face intérieure de la cuisse. Telle sera aussi la localisation future de la cicatrice. C’est cette incision qui facilite le décollement, puis l’ablation de la peau en excès.

  • La technique dite verticale pure

La technique verticale du lifting des cuisses contrairement à la technique horizontale consiste à supprimer l’excédent de peau lorsqu’elle est située en largeur de la face interne de la cuisse. Une incision verticale est alors effectuée sur le long de la face interne de la cuisse. Elle peut être plus ou moins longue en fonction de la quantité de peau à enlever. Le processus est le même : décollement de la peau et ablation de cette peau en excès. La cicatrice est située le long de la cuisse.

  • La technique dite mixte

C’est lorsque pour réaliser la plastie des cuisses, le chirurgien fait recours aux deux techniques précédentes : une incision horizontale et une incision verticale. La cicatrice est en forme de T.

Une chirurgie des cuisses se réalise en 2h, et peut durer plus, si les lésions à corriger sont très importantes. En rappelant que si un excès de graisse est observé sur la face interne des cuisses, une lipoaspiration des cuisses sera préalablement effectuée avant la dermolipectomie ou l’ablation de la peau abîmée.

Suites opératoires d’une cruroplastie

  • Apparition d’ecchymoses et d’œdèmes sur la zone opérée qui vont disparaître après 20 jours.
  • Les douleurs et les sensations d’inconfort et de gênes peuvent être calmées par des antalgiques.
  • Il est souhaitable d’observer plus d’une semaine d’arrêt de travail après une chirurgie des cuisses.
  • Un délai de 1 ou 2 mois sera nécessaire avant la reprise du sport après l’opération.
  • Pour éviter tout défaut de cicatrisation, il est conseillé d’éviter d’exposer la zone opérée au soleil pendant 3 mois.

Résultat d’un lifting crural

  • Le résultat peut être satisfaisant à partir du 3ème mois, mais il n’est considéré comme définitif qu’après une période entre 6 et 12 mois.
  • L’excès de graisse prélevée ne pouvant récidiver. Les adipocytes sont complètement disparu et l’excès de peau est enlevé.
  • Les complications possibles après un lifting des cuisses

Les complications du lifting des cuisses sont pratiquement les mêmes que celles d’un lifting des bras. Il s’agit des cas d’hématome qui bien que rare, rendent le cas échéant inesthétique le résultat de la chirurgie crurale. Il y a aussi les cas d’infection ou d’épanchement lymphatique, de nécrose cutanée ou de perte de la sensibilité.